Si tu savais…

Moi, à Aurore, qui ce soir a 38,5 de fièvre :
– Comment tu te sens, mon amour?
– Vieille…

#youknownothingJohnSnow #situsavais

Publicités

Droguée

Odeur de lait sucré. De feuilles et d’herbes. Odeur de vent et d’extérieur.

Quand tu reviens de la crèche, échevelée et souriante, excitée, fatiguée, mais heureuse d’être rentrée à la maison ; quand je respire ton cou, tes joues, ta nuque en te disant à quel point tu m’as manqué aujourd’hui ; quand je te sens, que je te reconnais, que je t’identifie par tes phéromones mêmes ; je fais appel en moi aux instincts les plus primaires, l’instinct de la louve protégeant son louveteau, l’instinct de la chatte léchant ses petits.

Ton odeur de lait, de feuilles et de vent, c’est ma drogue.

Thank you Captain Obvious

Au dîner, à table, l’Homme s’amuse à me taquiner et fait mine de s’enfuir avec mon Cousteron fondu sur une tranche de pain de mie (ça va, on a tous des petits plaisirs inavoués). Moi, à Aurore, 2 ans et demi :

– Aurore, t’as vu, papa s’est enfui avec mon fromage !
– Ben suis le, va le chercher.

#thankyouCaptainObvious #inyourfacemama #logiqueimplacable

Bienveillance et empathie

Depuis quelques temps, je suis une formation Faber et Mazlish. Parce que j’avais envie d’évoluer dans ma relation à ma fille, et aussi parce que j’ai toujours été intéressée par les notions de non-violence, d’empathie, de bienveillance. Se mettre dans les baskets de l’autre, quoi.

Et bien, ma grille de lecture a changé depuis. Je décrypte mieux les sentiments, sensations, frustrations, colères, attentes, joies et déceptions des gens autour de moi. Pas seulement celles de ma fille hein, mais également celles de mon conjoint, de mes ami(e)s, de mon patron (!). Et moi qui ai toujours été un être compréhensif, je deviens une véritable éponge à sentiments. Pas dans le sens larmoyant-devant-la-moindre-publicité-mettant-en-scène-des-enfants, non. Dans le sens où je comprends désormais, au plus profond de moi, ce que ça doit faire d’être frustré comme ci, ou en colère comme ça, et que mes chemins neuronaux reproduisaient la sensation en question au plus profond de moi. Comme si je vivais le sentiment, mais par procuration.

Bon bref, toute cette longue introduction a pour but de vous dire que je reviendrai par ici vous partager quelques « habiletés » glanées au fil de cette formation, habiletés qui ont changé mon regard sur l’autre, mais aussi sur moi.