Bruissements

C’est étrange, cette maison presque silencieuse. On dirait que c’est calme, en semi coma. On dirait qu’il n’y a personne.

Je suis sous la couette, et je tends l’oreille.

Peu à peu, au fil des secondes qui s’égrenent, au fil de mon souffle exhalé lentement, je prends conscience de chaque frisson de vie qui anime cette maison silencieuse.

Le ploc de ce foutu robinet qui goutte pendant quelques minutes après avoir été fermé.
Le bruit des grenouilles dans le bassin d’à côté, assourdi par le double vitrage, mais perceptible au rythme des coassements réguliers et sonores des batraciens.
Le ronronnement du chat contre ma cuisse, pas vraiment un bruit, plutôt une vibration.
Le vent, qui ce soir souffle en spirale, et n’est audible que lorsqu’il vient fouetter rapidement mes volets.
Le lave-vaisselle, qui se déclenche, fait tomber le galet puis lance son eau chaude, loin de la chambre, à l’autre bout du couloir.
Le sommeil de ma fille, agité d’une colonie de rêves, qui, à moitié consciente, déclenche sa veilleuse musicale, son en sourdine, bruits d’oiseaux et de forêts.

C’est étrange, cette maison presque silencieuse. On dirait qu’il n’y a personne. On pourrait passer à côté de toute cette vie qui l’anime, qui bruisse et qui susurre, qui s’agite et qui chante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s