« Last Night »

Le 31 décembre 1999. Avec tout le symbolisme de cette date.

Le 31 décembre 1999, dans l’après midi, Arte, notre petite chaîne germano-française un peu décalée, avait diffusé « Last Night ». Le « Last Night » de Don McKellar. J’étais tombée dessus, et j’étais restée. Cela va faire dix ans dans quelques mois que j’ai vu ce film, et j’ai eu l’occasion de me projeter sur les rétines pas mal d’autres compositions du 7e art.

Cependant, depuis dix ans, « Last Night » reste mon film. Incomparable, inclassable, et inégalé. Il reste mon film car la mise en scène, intimiste, me touche, et son propos se fait l’écho de nombreux questionnements personnels.

Il ne reste que six heures à vivre à la population mondiale. C’est un fait acquis, accepté, sans issue. Quatre personnages. Quatre manières différentes de vivre sa fin. Lui, qui veut la passer seul chez lui, à écouter de la musique. Elle qui a décidé de se suicider au côté de son mari, pour ne pas « se laisser prendre ». Lui, consciencieux jusqu’à la toute fin dans son travail. Ou encore lui, qui s’acharne depuis quelques mois à vivre toute la luxure et les fantasmes accumulés d’une simple vie.

Loin des clichés consensuels, des « flash-back » hollywoodiens, des héros sauveurs du monde survenus d’on ne sait où. Loin du catastrophisme et des discours moralisateurs. Quatre personnages, quatre manières différentes de vivre sa fin. Et vous, que feriez-vous s’il ne vous restait que six heures à vivre ?

Last Night, Don McKellar
Last Night, Don McKellar
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s